Histoire de 80 a 89

Dimanche 6 février 7 06 /02 /Fév 03:26

Événements 

Le monde en 1980, polarisé entre les deux superpuissances. Les autres États sont les non-alignés. En politique étrangère, la présidence Reagan aux États-Unis va relancer une étape, finale, dans la Guerre froide.

Afrique 

  • 9-15 juin : Conférence ministérielle de l’OUA en Gambie[4]. Amendement de la Charte proposant de définir trois nouvelles missions essentielles : le maintien de la paix et de la sécurité, la protection des droits de l’homme et le règlement rapide des crises.
  • 5 juillet : La Mauritanie, dernier pays esclavagiste, abolit officiellement l'esclavage.

Amérique

24 mars : assassinat d'Oscar Romero. Début de la guerre civile au Salvador.
  • 3 mars, Salvador : La première junte de gouvernement est dissoute et remplacée par une deuxième junte à laquelle participe le Parti démocrate-chrétien (PDC) de José Napoleón Duarte.
  • 24 mars : Guerre civile au Salvador. L’assassinat par l’armée de l’archevêque de San Salvador, Mgr Romero, figure emblématique de l’engagement de l’Église aux côtés des paysans révoltés, ouvre une guerre civile qui provoquera la mort de 70 000 personnes en dix ans.
  • 28 mars : Crise économique en Argentine. Faillite de la première banque privée du pays, la Banco de Intercambio Regional.
  • 18 mai : Fernando Belaúnde Terry est élu président du Pérou. La veille des élections, le Parti communiste péruvien-Sentier lumineux (PCP-SL) a mis le feu aux urnes et aux registres électoraux d’un village du département d’Ayacucho. La violence de la guérilla du Sentier lumineux et du mouvement révolutionnaire Tupac Amaru oblige la démocratie à vivre dans un état de répression permanent.
  • 20 mai, Québec : Un référendum sur la souveraineté-association, organisé par le Parti québécois, se solde par un échec pour le premier ministre René Lévesque, le Non ayant recueilli près de 60% des voix.
  • 20 avril, Honduras : Les militaires au pouvoir organisent des élections pour une Assemblée constituante après avoir interdit le parti social-chrétien et le parti communiste et tenté de ranimé leur alliance avec le parti national. À l’issue d’élections relativement honnêtes avec seulement 20% d’abstention, le parti libéral remporte nettement les élections, ce qui manifeste un net rejet du régime militaire. L’élection présidentielle est prévue pour 1981. Le général Policarpo Paz García demeure président par intérim.
  • Mai, Brésil : Discours de Golbery qui propose une grande concertation et un transfert progressif du pouvoir à des civils « loyaux » et influençables par les militaires. Il préconise un multipartisme faible dominé par une coalition progouvernementale. Il parvient à faire écarter le parti d’opposition MDB. Émerge alors une opposition « loyale », le PP (Partido Popular), et une « déloyale », le PMDB (Partido do Movimento Democrático Brasileiro). L’ARENA se transforme en PDS (Partido Democrático Social).
  • 29 juin : Élections en Bolivie. Siles l’emporte avec 39% des voix contre 20% à Paz et 17% à Banzer. Le Congrès, sollicité pour choisir le vainqueur, n’a pas le temps de décider.
  • 17 juillet, Bolivie : Un coup d’État porte au pouvoir le général García Meza et inaugure deux ans de troubles. La présidente Lidia Gueiler Tejada s'enfuit en France.
  • 28 juillet : Gouvernement civil au Pérou. Fernando Belaúnde Terry restaure la démocratie.
  • 10 août : La junte approuve une nouvelle constitution au Chili. Elle fixe le mandat de Augusto Pinochet jusqu’en 1989 mais stipule qu’à cette date la junte présentera un candidat unique aux élections pour la période 1987-1997. Elle met un terme provisoire à la crise politique intérieure et fixe un cadre dans lequel devraient se circonscrire les affrontements politiques. Elle contient deux modèles politiques, un de transition, la dictature militaire, l’autre, pour l’avenir, une « démocratie limitée ».
  • 12 août : Traité de Montevideo[7]. Création de l’Association latino-américaine d’intégration (ALADI), regroupant dix pays d’Amérique du Sud et le Mexique, qui remplace l’Association latino-américaine de libre-échange (ALALE).
  • 11 septembre, Chili : La Constitution est approuvée par référendum par 67% de la population.
  • 11 octobre, Salvador : Formation du Front Farabundo Martí de libération nationale (FMLN).
  • Octobre : Le prix Nobel de la paix est attribué à l'argentin Adolfo Pérez Esquivel.
  • 30 novembre : En Uruguay, les militaires au pouvoir soumettent par référendum un projet de Constitution à l’ensemble de la population : 57,2% de non pour 87% de participation.
  • 22 décembre, Salvador : pour trouver une issue politique à la crise, l’armée nomme José Napoleón Duarte président provisoire.
  • Le jésuite espagnol Fernando Hoyos décide de se joindre à la guérilla guatémaltèque et devient le commandante Carlos.
Articles détaillés : 1980 au Canada et 1980 au Québec.

États-Unis

  • En janvier, l’Administration présente un budget expansionniste, puis en mars annonce vouloir l’équilibrer pour 1981. Cette politique paraît provoquer une récession (été). Paul Volcker renonce à imposer une politique monétaire trop sévère à Jimmy Carter, qui annonce un programme destiné à revitaliser l’économie par des mesures fiscales. Le dollar rechute et l’inflation repart. Une nouvelle hausse des taux d’intérêts doit être imposée (20% en décembre).
  • 18 mars : Les États-Unis réduisent les exportations de technologie vers l'URSS et les augmentent vers la Chine.
  • 27 mars : Début de l'Éruption du mont Saint Helens.
  • 1er-11 avril : Grève des transports en commun de New York.
  • Au printemps, Carter fait approuver la dérégulation des prix pétroliers sur deux ans.
  • 25 avril : Échec d'une expédition héliportée destinée à délivrer les otages américains en Iran.
  • 18 mai : Éruption du Mont Saint Helens. L'explosion est 500 fois supérieure à la bombe d'Hiroshima. 57 morts, asphyxiés par les cendres.
  • 21 mai : Pollution chimique près des chutes du Niagara.
  • 1er juin : Lancement de CNN.
  • Juillet : Refus de s’inscrire sur les listes d’incorporation militaires de plus de 800 000 personnes, soit 10% de la population concernée. Manifestations pacifistes devant le Pentagone. Plus d’un millier de personnes sont arrêtées pour désobéissance civile passive.
  • 14 août : Carter obtient de justesse l’investiture du parti démocrate, disputée par Edward Kennedy.
  • 22 août : Les États-Unis obtiennent la base de Berbera en Somalie.
  • 9 septembre : Affaire des « Huit à la Charrue » : des militants pacifistes chrétiens s’introduisent dans l’usine de General Electric de King of Prussia (Pennsylvanie) qui produit des ogives nucléaires. Ils endommagent deux têtes nucléaires à coup de masse et versent leur sang sur les missiles, les plans et les bureaux. Au cours de leur procès, ils déclareront qu’ils voulaient illustrer un propos de la Bible qui préconisait de changer les « épées en socs de charrue ».
  • 23 octobre : Gros accord céréalier entre les États-Unis et la Chine.
  • 4 novembre : Élection de Ronald Reagan (Républicain) comme président des États-Unis (au pouvoir le 20 janvier 1981) avec 50,7 % des voix (44 millions) contre Jimmy Carter (Démocrate) 41 % (35,5 millions), avec 46% d’abstentions. Son élection entraîne une majorité républicaine au Sénat pour la première fois depuis trente ans.
  • 8 décembre : Devant le Dakota Building à New York, John Lennon, le fondateur des Beatles avec Paul McCartney, est assassiné de quatre balles de revolver calibre 38 par un déséquilibré, Mark Chapman.
  • 12,4% d’inflation.
  • Le PNB des États-Unis représente 25% du PNB mondial.
  • Un million d’immigrés en 1980 (Asiatiques, Hispano-américains).

Océanie et Pacifique

Article détaillé : 1980 en Nouvelle-Calédonie.

Asie[modifier]

  • Insurrection communiste en Thaïlande écrasée par le régime militaire.
  • La balance commerciale du Japon n’est plus déficitaire. La population du Japon compte 117 millions d’habitants.
  • L'Inde intègre le club des pays lanceurs de satellites.

Proche-Orient

  • 26 février : Rétablissement des relations diplomatiques entre Israël et l'Égypte.
  • Mars, Syrie : Les islamistes soulèvent Alep pendant plusieurs jours. La répression policière fait plusieurs centaines de morts.
  • 1er avril[10], Irak : Attentat manqué contre Tarek Aziz, membre important du gouvernement de confession chrétienne.
  • 8 avril, Irak : Arrestation et exécution du leader révolutionnaire chiite Muhammad Baqir al-Sadr. La répression s’abat sur le clergé chiite, décimant des familles cléricales entières. Les villes saintes chiites se trouvent placées sous un régime d’arbitraire policier.
  • 12 septembre : Coup d'État en Turquie de l'armée qui causera plusieurs morts et emprisonnements. Le terrorisme d’extrême gauche et d’extrême droite incite l’armée, garante de la laïcité, à intervenir et à déposer le Premier ministre turc Süleyman Demirel. Le parlement est dissout et les partis politiques interdits.
  • 17 septembre :Saddam Hussein dénonce unilatéralement l’accord d’Alger conclu avec le chah quatre ans plus tôt sur le partage des eaux du Chatt-el-Arab.
  • 22 septembre : Début de la guerre Iran-Irak. Le dictateur irakien Saddam Hussein, approvisionné en armement par l’Union soviétique et la France, lance une attaque surprise sur l’Iran. Il compte sur la désorganisation de l’armée iranienne suite à la révolution pour mener une guerre rapide. Mais l’agression entraîne en Iran un sursaut patriotique et de volontaires s’engagent par milliers. Leur sacrifice au front permet à l’armée iranienne de se réorganiser.
  • 24 octobre : En dépit de la résistance iranienne, Khorramshahr tombe. L’Irak ouvre un second front au nord dans les régions kurdes iraniennes. Son offensive s’enlise à la fin de l’année et les opérations militaires se transforment en guerre de position. Les États-Unis n’interviennent pas. La guerre dure jusqu’en 1988.
  • La fermeture du Chatt-el Arab entraîne l’impossibilité pour l’Irak d’exporter son pétrole. On craint un troisième choc pétrolier. Le prix du baril atteint un moment 42 dollars. Mais grâce à la hausse de la production hors de l’OPEP et à celle de l’Arabie saoudite, le prix du baril de brut retombe à 34 dollars en octobre 1981. Les pays consommateurs commencent à réduire leurs stocks.

Europe

  • Mai
    • Suède : une grève générale paralyse pratiquement toute l’activité pendant dix jours.
    • Margaret Thatcher obtient de la CEE une réduction substantielle des sommes à payer et l’augmentation des dépenses structurelles au profit du Royaume-Uni.
  • 19 juillet : Jeux olympiques de Moscou, boycottés par 56 pays (dont la Chine et certains pays occidentaux mais pas par la grande majorité de l'Europe, dont la France).
  • 1er août :
    • Vigdís Finnbogadóttir est la première femme présidente de la république d'Islande.
    • Loi sur l’emploi règlementant la pratique des piquets de grève et interdisant les grèves de solidarité au Royaume-Uni[12]. Elle soumet l’exercice du monopole syndical d’embauche à un vote à bulletin secret de la base, avant qu’une nouvelle loi ne le déclare illégal en 1982.
  • Royaume-Uni : Début des privatisations. Réforme des collectivités locales : la RSG (subvention de l’État aux collectivités locales) est remplacée par une allocation fixe (block grant).

Italie

27 juin : Catastrophe d'Ustica
  • 8,4% de la population active est au chômage. Quasi-équilibre de la balance commerciale. 20% d’inflation. Entre 1979 et 1980, le PNB croit de 10%, les investissements de 30%, la consommation intérieure de 13% mais ces résultats ont été payés en termes de déficit extérieur et d’inflation selon le gouverneur de la Banque d'Italie, Carlo Azeglio Ciampi.

Pologne[modifier]

  • 18 février : Edward Babiuch devient premier ministre de la République populaire de Pologne.
  • 1er juillet : À la suite de la hausse du prix de la viande, des mouvements revendicatifs dans les usines exigent durant tout le mois des augmentations de salaires. Le pays est paralysé.
  • 14 août : Les 17 000 ouvriers des chantiers navals Lénine de Gdańsk se mettent en grève pendant trois semaines après le licenciement d'une responsable syndicale non officielle.
  • 16 août : Création à Gdańsk d'un comité de grève inter-entreprises, qui présente vingt et une revendications.
  • 20 août : Arrestation de dissidents
  • 24 août : Les négociations n'avancent pas à Gdańsk, les grèves se propagent à Szczecin et aux autres ports de la Baltique. Jozef Pinkowski (en) devient premier ministre, à la place d'Edward Babiuch.
  • 31 août : À Gdańsk, Mieczyslaw Jagielski, vice-premier ministre chargé des négociations, et Lech Wałęsa, un électricien des chantiers navals Lénine leader du mouvement, parviennent à un accord. Les autorités communistes doivent faire des concessions sans précédent. Les grévistes obtiennent la création de syndicats indépendants, le droit de grève, des augmentations de salaire, la libération des prisonniers politiques et un assouplissement de la censure. Fin des grèves. Les dissidents arrêtés le 20 sont libérés.
  • 5 septembre : Edward Gierek est remplacé à la tête du Parti ouvrier unifié polonais par Stanisław Kania.
  • 22 septembre : Fondation du syndicat « Solidarność », fort de dix millions d’adhérents, avec, à sa tête Lech Wałęsa. Il est constitué à partir de 38 comités inter-entreprises. Il accepte en contrepartie la Constitution polonaise, le rôle dirigeant du parti communiste dans l’État et les alliances existantes. Mais les grèves sporadiques continuent dans le pays et Moscou commence à s'inquiéter. L’URSS dénonce l’accord de Gdansk comme une menace de renversement du système communiste.
  • 27 novembre : Pour éviter une grève générale autour de Varsovie, libération de deux hommes du syndicat Solidarité arrêtés le 21.
  • 5 décembre : Le Pacte de Varsovie menace la Pologne.
  • 12 décembre : L'OTAN met en garde l'Union soviétique contre une intervention en Pologne.

France

Article détaillé : 1980 en France.

Suisse

Article détaillé : 1980 en Suisse.

Chronologies thématiques

 

Naissances en 1980

Décès en 1980

 

Par wolfen - Publié dans : Histoire de 80 a 89
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 6 février 7 06 /02 /Fév 03:30

Événements 

Afrique

  • 20 juin : émeutes du pain à Casablanca (suite à une grève générale). Elles auraient fait plus d'une centaine de victimes (66 d'après les chiffres officiels, peut-être 400 ou plus telquel-online.com).
    • La grève générale au Maroc est déclenchée par la Confédération démocratique du travail, organisation syndicale constituée en 1978. La grève aurait fait des centaines de victimes et des milliers de prisonniers syndiqués dont le secrétaire général de l'organisation syndicale Noubir Amaoui, et trois membres du bureau exécutif, Mrani Mohamed, Bazzaoui Lakbir, Abderrahmane Chennaf. Le ministre de l'Intérieur Driss Basri implique aussi l'U.S.F.P, Union socialiste des forces populaires ce qui entraîne l'incarcération du rédacteur en chef du journal Almouharir Mustapha Karchaoui, Mohamed Karam tout deux membres du bureau politique de l'U.S.F.P. et celle du secrétaire général du syndicat des petits et moyens commerçants, Abdallah Al Moustaghfir.

Amérique

10-12 décembre : Massacre d'El Mozote, au Salvador. Le mémorial.
  • Alors qu’en 1980 le régime de Augusto Pinochet avait atteint son plus haut taux de légitimité grâce à ses performances économiques, la récession oblige le gouvernement chilien à intervenir massivement dans l’économie, notamment en nationalisant les banques en faillite, ce qui est en totale contradiction avec sa philosophie libérale.
Articles détaillés : 1981 au Canada et 1981 au Québec .

États-Unis

20 janvier : Investiture de Ronald Reagan. Le programme de l’Administration Reagan est simple : restauration du leadership américain, relance de l’économie, rétablissement de la grandeur du pays. La libération des otages de Téhéran le jour même de l’investiture paraît symboliser le début de cette « Renaissance ». Le gouvernement annonce un plan en quatre volets : dérégulation, politique monétaire sévère contre l’inflation, restriction budgétaire (à l’exception des dépenses militaires), réduction sans précèdent de la fiscalité pour impulser la relance par l’investissement.
30 mars : Tentative d'assassinat contre Ronald Reagan
  • Les États-Unis renouent avec le libéralisme économique. Déréglementation des prix du pétrole. Hausse record des taux d’intérêts. Réforme fiscale (automne). Sous Reagan, le taux marginal le plus élevé de l’impôt fédéral sur le revenu des ménages, qui atteignait 90 % à l’époque de Kennedy, tombe à 31 %.
  • Négociation de quotas d’importation de véhicules japonais aux États–Unis (1981 et 1983).

Asie

Proche-Orient

  • 17 juillet[6] : Israël bombarde Beyrouth Ouest pour frapper les quartiers généraux palestiniens. En réponse, les Palestiniens multiplient les bombardements sur la Galilée.
  • 24 juillet : Philippe Habib, envoyé par Ronald Reagan, obtient un cessez-le-feu au Liban[7]. C’est une reconnaissance implicite des organisations palestiniennes par Israël.
  • 28 juillet : Le séisme de Sirch (Kerman, Iran) d'une magnitude MS 7.2 fait au moins 3000 victimes.
  • 5 août : Ariel Sharon devient ministre de la Défense en Israël.
  • 7 août : Plan Fahd[8] de paix pour le Moyen-Orient fondé sur les résolutions du l’ONU : retrait d’Israël de tous les territoires occupés en 1967 y compris Jérusalem-Est, démantèlement des colonies des territoires occupés, liberté de culte dans les Lieux Saints, droit des Palestiniens au retour, Cisjordanie et Gaza sous tutelle onusienne, État palestinien indépendant avec Jérusalem pour capitale, droit de tous les États de la région à vivre en paix. Il est rejeté par Sadate mais les Occidentaux se montrent intéressés. L’OLP reste divisée. Yasser Arafat et le Fatah y sont favorables mais pas les membres de l’Ancien front du refus. La Syrie s’y oppose et Hafez el-Assad refuse de participer au sommet arabe de Fès.
  • 3 septembre, Égypte : suite aux affrontements de juin, Sadate ordonne une vaste opération de police et d’arrestations. 3000 opposants de tout bord sont emprisonnés. Le patriarche copte est placé en résidence surveillée dans un monastère. L’organisation islamiste qotbiste ; al-Jihad, décide de préparer un attentat contre le chef de l’État, suivi d’un soulèvement populaire.
  • Septembre, Guerre Iran-Irak : L’Iran lance une série d’offensive pour libérer son territoire. Au pris de pertes considérables, il parvient à reprendre les positions occupées par l’ennemi.
  • 4 septembre : Assassinat au Liban de l'ambassadeur de France, Louis Delamarre.
  • 6 octobre : Assassinat du président Anouar el-Sadate par les Frères musulmans lors du défilé commémoratif de la guerre d’octobre, devant les caméras de télévision. Un mouvement de révolte, lancé en Haute Égypte, échoue. Hosni Moubarak le remplace comme président de l'Égypte.Un plébiscite confirmera ce choix. Moubarak se présente comme le continuateur de Sadate, mais décide de libérer les opposants et restaure le pluralisme, bien que les organisations islamistes n’aient pas le droit de se présenter aux élections.
  • 25 novembre : Hafez el-Assad force l’OLP à rejeter le plan Fahd.
  • 14 décembre : Israël profite de la division du monde arabe par annexer le plateau du Golan syrien en dépit des protestations internationales.

Europe

3 avril : Parution en Pologne du Tygodnik Solidarność
Italie : Le déficit du commerce extérieur au premier semestre s’aggrave de 40% par rapport au premier semestre 1980 et atteint 10 600 milliards de lires. Dévaluation de la lire en mars (6%) et en octobre (3%).

20 mai  : naissance de Iker Cassilas Fernández

  • 10 décembre[14] : L’Espagne adhère à l’alliance Atlantique et à l’OTAN.

France

Article détaillé : 1981 en France.

Suisse[modifier]

Article détaillé : 1981 en Suisse.

Océanie

Article détaillé : 1981 en Nouvelle-Calédonie.

Chronologies thématiques

Religion

Naissances en 1981

Décès en 1981

 

Par wolfen - Publié dans : Histoire de 80 a 89
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Dimanche 6 février 7 06 /02 /Fév 03:34

Événements

Afrique

Amérique

2 avril : Guerre des Malouines. Reddition de marins britanniques face aux troupes d'élites argentines
14 juin : Reddition de la garnison argentine de Port Stanley.
Articles détaillés : 1982 au Canada et 1982 au Québec .

États-Unis

Article détaillé : 1982 aux États-Unis.
  • 8 janvier : Pour échapper aux poursuites anti-trust, le groupe ATT accepte de se scinder.
  • 12 juin : Près d’un million de personnes manifestent à Central Park contre la course aux armements.
  • 18 juin : Querelle sur le gazoduc. Ronald Reagan interdit aux filiales des firmes américaines à l’étranger de fournir le matériel nécessaire à la construction d’un gazoduc pour le transport du gaz sibérien vers l’Europe de l’Ouest. Un compromis est établi à l’automne.
  • 27 juillet : Première utilisation du mot AIDS[4] suite à l'apparition de cas de sida depuis 1980 aux États Unis.
  • Eté : Inflexion de la politique monétaire.
  • 2 novembre : Succès limité des démocrates aux partielles. Ils parviennent à faire renoncer Ronald Reagan à son projet de « néo-fédéralisme », à lui faire accepter une hausse de la fiscalité (consolidation des revenus) et un renforcement de la loi de 1965 pour protéger les droits électoraux des Noirs.
  • 30 novembre : Sortie du sixième album du chanteur Michael Jackson, Thriller, produit par Quincy Jones. Il demeure aujourd'hui l'album le plus vendu de tous les temps, avec des ventes estimées entre 55 et 118 millions de copies.
  • 2 décembre : Première greffe d'un cœur artificiel à titre définitif.
  • 8 décembre : L’amendement Boland interdit à l’Administration Reagan de financer les opérations militaires ou paramilitaires des contras, groupes d’opposants armé au régime sandiniste du Nicaragua.
  • 31 décembre : Loi étendant la dérégulation aux établissements financiers[5].
  • La récession brutale de 1982, la plus forte depuis la Seconde Guerre mondiale, casse net l’inflation. 10% de chômeurs à la fin 1982.
  • Les États-Unis comptent 232 millions d’habitants. Le Sud et l’Ouest du pays (Sunbelt) sont pour la première fois plus peuplés que le Nord-Ouest.
  • 213 milliards de dollars sont investis à l’étranger.

Asie

  • Cambodge : Les Khmers rouges, toujours reconnus par les Nations unies, et les partisans de Sihanouk et de son ancien ministre Son San, forment une coalition. Soutenus par les pays occidentaux, la Chine et les pays de l’ASEAN, ils poursuivent la lutte contre le nouveau régime pro-vietnamien.

Proche-Orient

Avril : évacuation de Yamit au Sinaï
24 mai, Guerre Iran-Irak : Libération de Khorramshahr. Capture de soldats irakiens. Après les défaites irakiennes, les monarchies du Golfe s’inquiètent de l’expansionnisme iranien et subventionnent massivement l’effort de guerre irakien (elles prêtent 50 milliards de dollars à Bagdad pendant le conflit). Tout en restant neutres, les Américains apportent un large soutien à l’Irak dans sa guerre contre l’Iran.
Juin : Intervention militaire israélienne au Liban. Un stade utilisé comme dépot de munitions par l'OLP apès le bombardement de Beyrouth par les israéliens

Europe

  • Arrestation de membres des Brigades rouges à Naples (Vittorio Bolognesi et Natalia Ligas, septembre-octobre) et à Milan (Suzanna Ronconi, 1er novembre). 3 600 terroristes ou supposés tels sont en prison à la fin de l’année. Parmi eux 355 repentis et 378 « dissociés » (ceux qui renoncent à la lutte sans collaborer avec la police).
  • 10 novembre, Union soviétique : À la mort de Léonid Brejnev, Iouri Andropov, ancien chef du KGB (Komitet gossoudarstvennoï bezopasnosti, « comité pour la sécurité d’État »), lui succède au secrétariat général du parti et à la tête de l’État (fin en février 1984). Âgé de 68 ans et atteint d’une maladie rénale, il n’occupe le poste que quinze mois. Il paraît incarner l’accession au pouvoir d’une génération nouvelle, et on lui prête des penchants libéraux. Il se lance dans une campagne brutale de discipline contre l’alcoolisme, la corruption, l’incompétence, l’absentéisme au travail. En matière économique, il ne conçoit pas de réformes hors du cadre traditionnel.
  • 13 novembre :
    • Levée de l'embargo gazier sur l'URSS par les États-Unis, après le refus français de le respecter.
    • Italie : Spadolini doit démissionner.
  • 14 novembre : Libération de Lech Wałęsa.
  • 1er décembre :
    • Felipe González forme le premier gouvernement socialiste d'Espagne (fin en 1996).
    • Entrée en viguer de l'Employment Act 1982 au Royaume-Uni[8]. Après l’échec des grèves des mineurs, des cheminots et du personnel hospitalier, la majorité conservatrice vote une loi qui rend les syndicats financièrement responsables dans le cas de procès civil en dommage ou de grève « secondaire » (quand le syndicat n’est pas directement concerné dans le conflit avec un employeur donné).
  • 11 décembre, Italie : Le démocrate-chrétien Amintore Fanfani, président du Sénat, forme un gouvernement de coalition sans la participation des républicains. Le programme de Fanfani est de réduire l’inflation à 13% et le déficit budgétaire.
  • 21 décembre : Proposition de baisse du niveau des armements en Europe par l'URSS.
  • Espagne : Le chômage touche 16% de la population active. 18% de la population active est dans l’agriculture (8% en France).
  • Plus de 10 % de chômeurs au Royaume-Uni entre 1982 et 1987.
  • Récession en Italie : -0,5% de croissance. Le patronat demande la suppression de l’échelle mobile des salaires (Scala mobile) pour lutter contre l’inflation. La lire est dévaluée (2,75%). Le déficit budgétaire atteint 70 000 milliards de lires (15,5% du PNB). Celui de la balance des paiement 6 000 milliards, celui de la balance commerciale le double. 16,2% d’inflation. La part des dépenses publiques atteint 53,7% du PNB.
  • Début du bradyséisme de Pouzzoles (le phénomène durera jusqu'en 1984).

France

Article détaillé : 1982 en France.

Suisse

Article détaillé : 1982 en Suisse.

Océanie

Article détaillé : 1982 en Nouvelle-Calédonie.

Chronologies thématique

Arts et culture

Commons-logo.svg

Wikimedia Commons propose des documents multimédia libres sur 1982.

  • 2 Décembre; Musique : L'album Thriller de Michael Jackson sort chez les disquaires du monde entier

Naissances en 1982

Décès en 1982

Par wolfen - Publié dans : Histoire de 80 a 89
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 6 février 7 06 /02 /Fév 03:37

Événements[modifier]

Afrique[modifier]

  • Les pays africains commercent très peu entre eux (3,4% des exportations, 3 % des importations) et restent profondément dépendant des pays capitalistes occidentaux (83,3% des exportations, 74,2 % des importations), en particulier l’Europe occidentale (60,9 % des exportations, 55,9 % des importations).

Amérique[modifier]

  • 31 mars, Brésil : Première manifestation Diretas Já ! à Abreu e Lima au Pernambouc.
    • La crise économique est à son comble en partie à cause d’une politique économique hésitante. Les militaires en sont discrédités. Divisés, ils doivent faire face à une énorme mobilisation populaire sur le thème Diretas Já ! (Élections directes tout de suite !) alors que le président Figueiredo choisit son successeur. Les modérés du PMDB arrivent à convaincre la gauche du parti de se ranger derrière Tancredo Neves. À l’intérieur du PDS (Partido Progressista), le président du parti José Sarney forme le PFL (Partido da Frente Liberal) qui refuse le candidat proposé par Figueiredo. Le PFL et le PMDB se rapprochent pour former l'AD (Aliança Democrática) pour soutenir la candidature du ticket Neves-Sarney. Les duros lancent des menaces, ce qui oblige Neves à donner des garanties qu’en cas de victoire, il n’y aurait pas d’esprit de revanche (revanchismo).
  • 27 avril[8] : Ronald Reagan fait voter au Congrès des États-Unis une assistance militaire accrue au Salvador et incite les Salvadoriens à avancer la date de la présidentielle.
  • Juin-octobre : Manifestations, concerts de casseroles ou protestas contre le pouvoir organisés au Chili.
  • Juillet
    • Le régime socialiste du Nicaragua est en proie à des incursions de guérilleros, les « Contras », venus du Honduras.
    • Commission Kissinger (commission nationale bipartisane sur l'Amérique centrale[9]) convoquée pour étudier les menaces qui pèsent sur les intérêts nord-américains dans la région. Elle conclu que l’origine de la crise est à chercher dans la pauvreté, l’injustice et des régimes politiques peu enclins aux réformes. Mais l’administration Reagan retient l’idée que les causes de la déstabilisation des démocraties sont l’exploitation d’une situation volatile faite par des forces hostiles aux valeurs occidentales et recevant l’appui soviétique.
  • 10 août, Chili : Augusto Pinochet nomme un civil conservateur, Sergio Onofre Jarpa, au ministère de l’Intérieur avec mission d’établir un dialogue avec l’opposition.
  • Septembre : Le président équatorien Osvaldo Hurtado attire l’attention de la CEPAL sur les conséquences sociales et politiques de la crise de la dette. Une première conférence se tient sous l’égide de l’OEA à Caracas.
  • 19 octobre : Indépendance de Saint-Christophe-et-Niévès.
  • 18 octobre, Chili : Une manifestation unitaire de toute l’opposition rassemble plus d’un demi million de personnes à Santiago du Chili.
  • 25 octobre : Débarquement américain à la Grenade, en proie à des troubles politiques graves. L’intervention est condamnée par l’Assemblée générale des Nations unies.
  • 30 octobre : En Argentine, début de la présidence civile de Raul Alfonsin après la dictature de Videla, élu président avec la majorité des suffrages. Il restaure la démocratie. Il adopte une attitude raisonnable face aux militaires, choisissant de dire la vérité sur la « sale guerre » et de rendre justice, sans esprit de vengeance et sans attaquer l’institution militaire. Il souhaite que soient jugés sévèrement les anciens dirigeants des trois juntes mais que l’on fasse preuve d’indulgence vis-à-vis des exécutants. Il crée une Commission nationale sur la disparition des personnes (CONADEP) et en confie la direction à l’écrivain Ernesto Sabato.
  • La dette extérieure de l’Uruguay a doublé depuis 1972.
  • Le Premier ministre du Canada Pierre Elliott Trudeau change sa politique économique. Il propose de multiplier les accords bilatéraux avec les États-Unis sur le modèle du pacte de l’automobile de 1965. L’administration Reagan accepte de négocier, mais refuse la méthode proposée.
Articles détaillés : 1983 au Canada et 1983 au Québec .

États-Unis[modifier]

  • 15 janvier : Le jour de naissance de Martin Luther King devient férié.
  • 8 mars : Devant un auditoire de fondamentalistes protestants, Ronald Reagan dénonce l’Union soviétique comme « l’empire du mal ».
  • 23 mars : Discours sur la sécurité nationale[10]. Pour briser la logique de « l’équilibre de la terreur », Reagan lance un programme défensif, l’Initiative de défense stratégique (IDS) baptisé par ses détracteurs « guerre des étoiles ». Il s’agirait de construire un bouclier antinucléaire impénétrable qui procurerait une « survie mutuelle assurée », au lieu de la « destruction mutuelle assurée » (MAD) de la dissuasion classique. Les critiques arguent qu’un tel système est déstabilisant, techniquement inefficace et onéreux, et qu’il risque de militariser l’espace. Les partisans de l’IDS remarquent que la MAD est immorale et que, du fait de la précision des missiles, les forces offensives sont vulnérables en cas d’attaque. En se lançant dans une course aux armements qui fait appel à la haute technologie, Reagan espère essouffler l’URSS attardée techniquement.
  • 25 mars:le premier moonwalk du "roi de la pop" Michael Jackson pour le 25eme anniversaire de la motown
  • 1er juillet[11] : Grève des mineurs du cuivre de la compagnie Phelps Dodge (Arizona) suite à une diminution des salaires, des primes et des mesures de sécurité.
  • 23 octobre : Au Liban, deux attentats à la voiture piégée frappent des casernes françaises (56 morts) et américaines (239 morts).
  • 26 octobre[12] : Le Congrès des États-Unis décide d'arrêter le réacteur nucléaire à neutrons rapides (RNR) de Clinch River.
  • Première exécution par injection intraveineuse aux États-Unis.
  • 52% des femmes travaillent en dehors du foyer.

Asie[modifier]

  • Malaisie : Mahatir bin Mohammed s’oppose par deux fois aux sultans héréditaires et réussit à faire accepter au Yang di-Pertuan Agong et au Conseil des souverains une limitation de leur droit de veto.
  • Au Panjab, les Sikhs, qui forment 52 % de la population, sont victimes d’une hausse importante du chômage. L’Akali Dal, issu d’une secte sikhe extrémiste qui veut instaurer une théocratie, voit son audience croître. Indira Gandhi décide de diviser l’Akali Dal en promouvant la faction extrémiste du nationalisme Sikh, dirigée par Sant Jarnail Singh Bhindranwalé, qui réclame la création d’un État sikh, le Khalistan. Le cycle violence/répression a fait 10 000 morts depuis le début des années 1980. L’Akali Dal présente de nouvelles revendications au gouvernement central, dont le refus favorise le mouvement de Bhindranwalé, qui installe sa milice près du Temple d'Or à Amritsar. Le 5 octobre, tous les passagers d’un car hindou sont massacrés et le president’s rule est proclamé dans le Panjab. Bhindranwalé, bien qu’il ne soit pas inculpé, décide de se réfugier en arme dans l’enceinte sacrée du Temple d’Or. L’Akali Dal tente en vain de reprendre le contrôle de la situation.
  • La restauration du temple bouddhique de Borobudur (Java), commencée en 1966, est achevée.

Proche-Orient[modifier]

Europe[modifier]

29 octobre : manifestation pacifiste à La Haye, Pays-Bas pendant la Crise des euromissiles
  • 22 juillet : L’état de guerre est annulé en Pologne après un voyage du pape couronné de succès.
    • Manifestations et arrestations se multiplient. Solidarité devient un mouvement d’opposition clandestin, soutenu par l’Église catholique.
  • Décembre : Euromissiles : Mise en place en Italie, en Grande-Bretagne et en RFA de 48 Pershing II et de 64 missiles de croisière américains pour rééquilibrer les forces en Europe.
  • Économie :
    • Loi de restructuration de l’économie en Espagne (Miguel Boyer, ministre de l’économie) : rigueur et austérité (dévaluation, suppression d’emploi dans les chantiers navals, la sidérurgie, le textile, création de zones d’urgente réindustrialisation).
    • Italie : -0,2% de croissance. Redémarrage de l’économie italienne. La croissance s’accélère, l’inflation ralentit, les déficits publics se comblent. Le poids de l’économie souterraine reste important (20-30% du revenu national). La lire est dévaluée de 2,5%.
    • Reprise de la croissance au Royaume-Uni. Recul spectaculaire de l’inflation. En 1983-1987, la hausse annuelle des prix et de 4,7%, celle des salaires de 8,5%. Augmentation des dépenses militaires qui culminent en 1983-1984 avec 5,4% du PIB.
    • Margaret Thatcher fulmine contre la politique agricole de la CEE qui absorbe 70 % du budget communautaire et s’avère incapable de maîtriser d’énormes surplus.

France[modifier]

Article détaillé : 1983 en France.

Suisse[modifier]

Article détaillé : 1983 en Suisse.

Océanie[modifier]

Article détaillé : 1983 en Nouvelle-Calédonie.

Chronologies thématiques[modifier]

Arts et culture[modifier]

Commons-logo.svg

Wikimedia Commons propose des documents multimédia libres sur 1983.

Naissances en 1983[modifier]

Décès en 1983[modifier]

Par wolfen - Publié dans : Histoire de 80 a 89
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 6 février 7 06 /02 /Fév 03:38

Événements[modifier]

Afrique[modifier]

Amériques[modifier]

16 avril : Manifestation à São Paulo pour des élections directes (Diretas Já !)
Articles détaillés : 1984 au Canada et 1984 au Québec .

États-Unis[modifier]

Article détaillé : 1984 aux États-Unis.
  • Le budget atteint 24% du PNB avec 200 milliards de déficit en 1984-1985.

Asie[modifier]

Proche-Orient[modifier]

  • Janvier, Guerre du Liban : La Force multinationale commence son évacuation du Liban, laissant libre l’action guerrière des milices dans Beyrouth.
  • 16-19 janvier : 4e sommet islamique (41 présents sur 44). Il réintègre l'Égypte.
  • 8 février : Renaissance du parti Wafd en Égypte.
  • Février : Amal et les druzes reprennent le contrôle de Beyrouth ouest. À Beyrouth ouest, la milice Amal (chiite) tente de prendre le contrôle total de la ville, éliminant les dernières milices sunnites. Amal mène une meurtrière « guerre des camps » contre les organisations palestiniennes et affronte l’OLP qui tente de se réimplanter dans le Sud.
  • Mars : Amine Gemayel dénonce l’accord israélo-libanais de mai 1983 et rompt les relations avec Israël.
  • Avril : Achèvement du retrait israélien du Sinaï.
  • 13 mai : L'aviation iranienne attaque des pétroliers saoudiens et koweïtiens.
  • Juin : Les dernières troupes israéliennes quittent officiellement le Liban, tout en laissant le contrôle de la zone frontière à une milice locale supplétive, l’Armée du Liban Sud.
  • 20 septembre : Un camion-suicide explose devant une annexe de l'ambassade des États-Unis à Beyrouth, faisant 23 morts et 60 blessés.
  • 22-29 novembre : XVIIe CNP à Amman. Le principe d’une action coordonnée des Palestiniens avec la Jordanie est réaffirmé[2].

Europe[modifier]

  • Coopération entre les gouvernements français et espagnol pour le problème Basque.
  • Début de la politique de bulgarisation à outrance en Bulgarie dont le but est de faire partir le maximum des 900 000 bulgares d'origine turque, de langue turque et de religion musulmane, auxquels s'ajoutent 300 000 bulgares d'origine mais de religion musulmane (les Pomaks). Le gouvernement communiste de Sofia annonce que « L'État-nation bulgare ne comprend pas d'autres peuples que les bulgares. »
  • Espagne : Le chômage touche 21,6% de la population active (2 640 000). L’inflation est jugulée (9%). Le déficit commercial baisse de moitié.
  • Royaume-Uni : Trade Union Act astreignant les dirigeants des syndicats à solliciter le vote de leurs adhérents pour le renouvellement de leur mandat tous les cinq ans et pour verser une contribution à un parti politique. Rates Act donnant au gouvernement la possibilité de plafonner les impôts locaux des municipalités les plus dépensières.

Italie[modifier]

  • 18 février : Accords de Villa Madama. Nouveau concordat entre Craxi et Mgr Casaroli au nom de Jean-Paul II[3]. Le catholicisme cesse d’être une religion d’État, et l’État italien renonce à tout contrôle sur la hiérarchie ecclésiastique.
  • 16 juillet : Les trois principales confédérations syndicales signent un accord réglementant les grèves dans les transports.
  • Juillet : Le juge Giovanni Falcone fait extrader du Brésil un « parrain » notoire de la Mafia, Tommaso Buscetta, qui passe aux aveux.
  • 29-30 septembre : Une opération de grande envergure contre la Mafia est lancée à Palerme : 366 arrestations, 200 inculpations. La loi du silence (omertà) est brisée. Les confessions sont payées par des réductions de peine.
  • En novembre, l’ancien maire de Palerme DC Vito Ciancimino est arrêté ; les deux cousins Salvo, financier de la Mafia, tombent à leur tour. Les Siciliens défilent à Palerme pour manifester leur soutien à la justice.
  • Visite en RDA de Bettino Craxi.
  • Emprunt de 500 millions de dollars sur le marché international. La croissance repart (+2,5%). Le taux d’inflation n’excède pas 10% pour la première fois depuis 1973. L’échelle mobile des salaires est limitée (Craxi).
  • Fin du bradyséisme de Pouzzoles (débuté en 1982).

France[modifier]

Article détaillé : 1984 en France.

Suisse[modifier]

Article détaillé : 1984 en Suisse.

Océanie[modifier]

Article détaillé : 1984 en Nouvelle-Calédonie.

Chronologies thématiques[modifier]

Arts et culture[modifier]

Sur les autres projets Wikimédia :

Naissances en 1984[modifier]

Décès en 1984[modifier]

Par wolfen - Publié dans : Histoire de 80 a 89
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Recherche

Présentation

Horloges

Il y a actuellement  10644  personnes connectées à Over-Blog dont  1  sur ce blog

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

Partager

Archives

Syndication

  • Flux RSS des articles
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés