R-Type en 1989

Publié le par wolfen

 

 

Info pris sur: http://mo5.com

R-Type sur Amiga est la conversion d'un des jeux d'arcade les plus inventifs en matière de Shoot'em up. Le jeu original vit le jour en 1987, il était l'œuvre de Irem, un brillant éditeur japonais. L'originalité de ce shoot'em up est de proposer une ambiance unique avec des petites idées sympathiques, comme les passages étroits, un vaisseau ennemi tenant sur un niveau entier, et un système d'arme original. La conversion sur Amiga n'est pas la plus réussie bien qu'elle soit réalisée par Factor 5, célèbres à l'époque pour Katakis, le clone de R-Type !

GALERIE




En tant que conversion d'un jeu d'arcade, et vu les capacités techniques de l'Amiga, on ne peut s'empêcher de comparer cette adaptation avec la version de référence : l'arcade ! Si tout est bien respecté au niveau du look général et des vagues ennemis, on constate que certains "sprites" ennemis sont moins imposants, et que l'arrière plan a été supprimé dans le premier niveau. Mais l'essentiel est bien là, et le jeu est même un peu plus nerveux que l'original. Ça, c'est la touche Factor 5 !







Aucun décor ne manque à l'appel, et on retrouve "la roue" qui est plus un piège qu'un ennemi : le joueur doit entrer dans le cercle pour détruire la soucoupe de commandement, et sortir par l'autre côté. C'est devenu un Classique du jeu vidéo.










Encore l'un de ces passages qui fit l'excellente réputation de R-Type : ces deux mains métalliques rétrécissent le décor, et offre une protection contre les tirs des tourelles située au sol comme au plafond. De plus, un bonus qui équipe le vaisseau de missiles nous attend à l'intérieur du boyau.







Le Boss de fin est assez réussi, sa grande queue empêche de se positionner en bas de l'écran, alors que des salves de tirs non identifiables fondent sur le pauvre joueur qui ose défier la bête ! Aucun tir classique ne semble atteindre la petite tête verte qui matérialise son point faible (en son bas ventre).










Le gardien du premier niveau sur les huit que compte le jeu est archi-facile à vaincre lorsque l'on maîtrise la technique. Le joueur doit expédier son bouclier frontal au niveau du bas ventre du monstre, en ne cessant de tirer. Immédiatement après, il faut se positionner en haut de l'écran, en avançant pour éviter les tirs montants de cette horrible créature. Le bouclier fait tout le travail, et en à peine quelques secondes, le premier Boss de l'Empire Bydo est défait…







Graphiquement, le deuxième niveau est un peu moins réussi que sur borne d'arcade et PC Engine : les couleurs sont plus criardes, ce qui élimine une bonne partie de l'atmosphère organique que dégage habituellement le jeu.










Conséquence de tout ça, les ennemis ne sont pas parfaitement identifiables, surtout qu'ils se camouflent dans le décor pour surgir au dernier moment ! L'arme la plus efficace ici, est le tir latéral qui suit et embrase les parois. Le Boss est un cœur qui laisse des serpents métalliques sortir de ses artères. Pour tout savoir de R-Type, référez-vous à la fiche du jeu consacrée à la meilleure conversion du jeu, sur PC Engine

 

CONCLUSION

 





Pour autant que je m'en souvienne, cette adaptation ne fut pas très bien accueillie sur Amiga, même si techniquement, l'ensemble est des plus convenables. Le rythme est assez lent même si le jeu ne manque pas de nervosité… Mais après la démonstration que fut Katakis, les possesseurs d'Amiga eurent bien du mal à revenir à un Shoot'em up au gameplay plus lent, fusse-t-il légendaire ! Notez que R-Type marque les débuts de la collaboration entre l'excellent musicien de jeux vidéo Chris Huelsbeck qui réalise la musique d'introduction.

Publié dans Jeux vidéo des 80s

Commenter cet article