Marble Madness en 1986

Publié le par wolfen

 

 

Info pris sur: http://mo5.com

C'est encore un concept très simple qui prévaut dans Marble Madness, jeu qui vit d'abord le jour en arcade grâce à Atari Games, en 1984. Le but du jeu est d'amener une bille copieusement lestée, d'un point A à un point B en évitant toutes les embûches et en perdant le moins de temps possible. Idée simple, sans doute piochée dans les jouets traditionnels, le concept porté sur l'écran est redoutable d'efficacité… A tel point que Marble Madness engendrera toute un flopée de clones sur son passage !

GALERIE

Le premier des pièges dans Marble Madness est la représentation de son univers, tout en trompe-l'œil. Les tableaux, au relief cubique et tourmenté, sont vus selon un angle isométrique, où perspective à 45°. Résultat, il est parfois difficile d'isoler le bon chemin à emprunter pour trouver la sortie. Sans compter que les nuances utilisées, toujours dans des tons de camaïeux, se chevauchent pour illustrer les parois abyssales. Heureusement, pour aider au bon déchiffrement de l'itinéraire à suivre, le graphiste a fait un beau travail sur les ombres et lumières, pour un meilleur discernement.

 

La seconde composante de la difficulté est l'inertie de la bille. La sphère que l'on dirige à la souris (le meilleur contrôle possible sur Amiga), réagit parfaitement au terrain rencontré. Elle prend de la vitesse dans les descentes et au contraire, peine à gravir les côtes. Emballés par un modèle physique plus que crédible, les créateurs de Marble Madness ont donc inventé toute une série d'obstacles prompts à mettre à mal le plus calme des joueurs ! Fortes pentes, séries de creux et de bosses rapprochées, virage à angle-droit de la largeur de la bille. Toutes les possibilités semblent avoir été imaginées, avec les technologies de l'époque…

 

Et comme si les obstacles "naturels" ne suffisaient pas, les auteurs ont encore corsé la difficulté avec des objets qui rendent la partie complètement aléatoire. Un bille noire ennemie nous pourchasse jusqu'au choc, voire jusqu'à nous faire tomber du plateau. Ailleurs, c'est un pont-levis ou des colonnes amovibles qui nous empêchent d'atteindre temporairement l'autre rive… Tout cela dans le seul but de nous faire perdre notre temps !

 

Mais d'autres obstacles sont encore plus cruels, comme les flaques d'acides au déplacement imprévisibles, ou les vers sauteurs qui avalent notre bille qui n'a fait de mal à personne… En cas de mauvaise rencontre, la bille est détruite, et met quelques secondes avant de se reconstituer à proximité de l'endroit où elle s'est faite dévorer. Au passage, le joueur aura encore perdu de précieuses secondes.

 

Le temps est primordial dans Marble Madness, puisque le jeu nous accorde un temps imparti pour terminer un tableau. Chaque seconde restante au compteur, est alors remisée pour le tableau suivant. Il est par conséquent nécessaire de faire un sans-faute dans les premiers niveaux pour pouvoir se laisser une petite marge dans les niveaux supérieurs, là où les difficultés sont encore plus importantes.

 

Sur l'image ci-contre, alors que le passage semble ne présenter aucune difficulté, une série d'aspirateurs surgit pour attirer la bille vers le bord de la route et la précipiter en contrebas. Le joueur doit contrer l'effet avec la souris, en insistant pour aller dans la direction opposée. Mais attention, car de l'autre côté, il y a aussi un précipice !

 

Marble Madness est truffé de petits mécanismes, trompettes aspirantes et catapultes qui permettent d'emprunter un autre itinéraire que celui proposé de base. Choisir un itinéraire plus compliqué s'avère bien souvent très payant, car en cas de réussite, on parvient plus rapidement à la sortie. Mais le parcours est aussi bien plus difficile, et c'est évidemment au joueur de tenter sa chance…

 

 

CONCLUSION

 



Marble Madness est un titre qui jouit d'une excellente réputation sur Amiga, phénomène difficile à comprendre lorsqu'on analyse son gameplay – très simple – et lorsqu'on ne se re-situe pas dans le contexte. A l'époque, l'adaptation de Marble Madness sur Amiga était la version la plus fidèle à l'arcade et sa jouabilité légendaire à la souris ont suffit pour assurer son succès. Peu importait alors sa faible durée de vie, en raison d'un faible nombre de niveaux (seulement 5 je crois). Heureusement qu'il était possible d'y jouer à deux pour prolonger le plaisir !

Publié dans Jeux vidéo des 80s

Commenter cet article