Battle Hawk en 1988

Publié le par wolfen

infos pris sur:http://mo5.com

Battle Hawk, une simulation de vol, prenant pour cadre la bataille du pacifique pendant la seconde guerre mondiale. Prenez les commandes d’un chasseur, bombardier ou autre torpilleur et battez vous pour l’honneur des chevaliers du ciel.

GALERIE

Vous pouvez choisir de vous battre sous les couleurs des USA ou du Japon. Choisissez alors votre mission : 4 batailles célèbres avec 4 missions chacune, et ceci pour les deux camps ce qui nous fait un total de 32 missions. Hé pas mal quand même ! En plus les missions sont variées en contenu et en difficulté…que demande le peuple ? Prenons donc une mission de bombardement, et après un court briefing, allons nous frotter aux terribles zéros.

 

Le jeu se joue à la souris et au clavier. Réglez le régime moteur avec + et -, larguez votre bombe avec entrée et surveillez l’horizon avec la pavé numérique (2 vue arrière.. ; etc.). Avec votre partenaire, frayez vous un chemin entre les zéros pour atteindre le porte avion ennemi. Ici la vue arrière, où une mitrailleuse vous permettra de repousser les assauts ennemis et de couvrir votre coéquipier (si si là, la tache bleue près de la cible). A noter la très esthétique cabriole du japonais qui se permet de voler sur le dos et de défier mon habileté à la mitrailleuse lourde… Petit insolent !

Bon c’est pas tout ça mais on a un navire à couler. La flak annonce que l’on a été repéré. Courage ! Amorçons le piqué et concentrons nous : on a qu’une seule bombe donc pas le droit à l’erreur. Et bim ! Touché mais pas coulé. Pas grave, mon collègue finira le travail. A noter que ce jour là, la mer était très calme, seules quelques petites taches d’écumes viennent troubler ce paysage uniforme. Faut dire qu’il fait beau. Bon en gros c’est très moche et l’uniformité de la mer ne permet pas de se faire une idée précise de son altitude mais bon, on s’y fait.

Fini la poésie. Les zéros sont toujours là et semblent décidés à vous transformer en passoire. Aouch touché ! Il faut baisser le régime moteur (+ et -) pour ne pas exploser. Exécutez donc vos manœuvres de derrière les fagots, tonneaux, loopings et autres piqués pour vous dégager et prendre le dessus. Et bim ! En voilà un qui explose. Et là, un rescapé en parachute. Si la convention de Genève vous est inconnue, vous pouvez toujours refaire un passage pour lui trouer la toile… Petit vicelard ! Quand la mission est terminée on vous invite à presser q pour quitter et vous rendre au débriefing.

 

CONCLUSION


Wouahou ! Le monsieur il est content. Mission accomplie. Lourdes pertes pour l’ennemi et aucune pour nous. Sans vouloir me faire mousser, c’est quand même moi qui ai descendu les 8 avions ennemis. Quel boulet ce coéquipier! Bref, un très bon jeu, précurseur des simulations de pilotage. Assez réaliste et difficile, et malgré ses graphismes très primaires, on se prend pour un pilote de la seconde guerre mondiale.

Publié dans Jeux vidéo des 80s

Commenter cet article